La Pépinière Compostière de Rougemont

Créée en 1988, la Compostière de Rougemont, près de Dijon, sur son activité historique de recyclage des déchets verts. L’entreprise s’est diversifié par la suite sur les activités de Pépiniériste et de Paysagiste en ouvrant sa gamme de produits et de services aux particuliers de Côte d’Or. L’entreprise familiale, implantée à Brétigny (21), à 5 min de Dijon, cumule plus de 30 années de savoir-faire en recyclage des matériaux verts naturels.

L’équipe sur une taille de tronc. A droite, M. Viardot père & fils.

Le recyclage de déchets verts : la compostière

Le recyclage de déchets verts est l’activité historique de la Pépinière Compostière de Rougemont. Ces déchets verts proviennent des professionnels du paysage et des déchetteries, ainsi que des déchets agro-alimentaires. Ceux-ci subissent un processus afin d’être transformés en compost. Comment ? On vous explique ci-dessous !

Comment fonctionne notre plateforme de recyclage de déchets verts ?

1. Pesée et tri

A l’arrivée sur notre site, chaque camion est pesé et nous contrôlons le type de produit vert qui est apporté. Ensuite les déchets verts sont triés à l’aide d’une pelleteuse pour retirer les produits indésirables (plastiques, ferraille …) puis classés en 7 catégories :

  • Gazon et feuilles
  • Tailles et branchages
  • Troncs de bonnes qualité (2 m de long mini. + 45 cm de diamètre maxi.)
  • Troncs de mauvaise qualité
  • Souches
  • Broyat
  • Rondelles de bois inférieures à 2 m

2. Déchiquetage, broyage et criblage

Le beau branchage est réservé au déchiquetage. Le produit sortant sera criblé pour en extraire la biomasse qui sera utilisée en chaufferie bois.

Les troncs de bonne qualité sont broyés à l’aide d’une déchiqueteuse à couteaux. Le produit sortant sera de la plaquette forestière calibrée à 50 mm. Le produit est ensuite passé dans un cribleur pour être calibré à 30 mm puis stocké sous hangar. Ces plaquettes bois serviront de paillage ou de moyen de chauffage. Le produit grossier (refus de criblage) quant à lui sera utilisé en chaufferie bois.

Les souches et les troncs de mauvaise qualité sont stockés séparément. On utilise un broyeur lent qui va déchiqueter doucement leur masse compacte. Le produit sortant est criblé pour en extraire la biomasse, également utilisée par les chaufferies bois.

3. Stockage, humidification, aération

A partir de 800 tonnes de gazon, de feuilles et de branchages, un prestataire externe intervient pour le broyage à l’aide d’un broyeur rapide. Le produit sortant est stocké sur une plateforme d’aération pilotée. Le tas est arrosé jusqu’au point de gouttage. Puis de l’air est insufflé par le dessous, permettant le développement des bactéries aérobies. Notre plateforme d’aération pilotée, pour la première fermentation, permet de produire un compost normalisé NFU 44051.

Durant l’humidification, une sonde mesure le taux d’oxygène et la température. Ces données sont transmises à une application qui régule le taux d’oxygène, pour favoriser le développement des bactéries aérobies. Ensuite, nous installons des bâches en Goretex qui vont éviter les odeurs et retenir l’humidité, pour accélérer la fermentation des bactéries. Le tas va monter en température (70-75°C) pendant environ 8 jours, désinfectant le compost des germes.

4. Maturation et criblage

Après 3 semaines à 1 mois sur la plateforme, le produit est dépoté (= entreposé sur une aire de stockage) puis humidifié à nouveau, pour relancer la fermentation 3 à 4 semaines.

Ensuite la première phase de criblage commence.
Le compost brut est criblé (= tamisé) à 30 mm. Ce compost est utilisé par les agriculteurs de notre Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole (CUMA) pour être épandu dans les champs. Le reste est ré-humidifié et retourné 1 à 2 fois pour le ré-aéré. Il passe ensuite en maturation.

Une fois mûr, le compost est criblé à nouveau à 20 mm. C’est le compost le plus vendu aux professionnels comme aux particuliers. Enfin, une partie de ce compost est criblé une dernière fois, à 10 mm cette fois.